Le choix du gouvernement d’augmenter les taxes sur les carburants relève d’une méconnaissance de la vie quotidienne des Français.

Après la baisse de la vitesse à 80 km/h dans les campagnes, les Français les plus éloignés de leur emploi sont à nouveau victimes des décisions d’un Gouvernement déconnecté de la réalité. Mais que peut-on attendre d’un Président qui pense qu’il suffit de traverser la rue pour trouver un emploi ?

Les Républicains de la Haute-Garonne se mobilisent sur le terrain pour demander l’annulation immédiate des hausses de taxes sur les carburants.

Le Gouvernement choisit de frapper au portefeuille les 82% de foyers qui possèdent un véhicule alors que trop souvent c’est une nécessité pour eux : 7 salariés sur 10 prennent leur voiture pour aller travailler, 18,8 millions de Français, soit 1 Français sur 3, vit dans une « zone blanche de mobilité » et ont besoin de leur voiture pour faire les courses, aller chez le médecin ou amener les enfants à l’école.

Nombreux sont ceux qui n’ont pas les moyens d’acheter une voiture neuve et subissent également la hausse des prix des contrôles techniques…

Il ne suffit pas de décréter que ceux qui utilisent leur véhicule le font par choix et doivent en payer le prix pour être à la hauteur des enjeux de la transition écologique. En matraquant fiscalement les automobilistes, le Gouvernement fait à nouveau le choix de l’écologie punitive pour remplir les caisses de l’Etat. Il fait fausse route et il le sait si bien qu’il lance, comme à chaque fois, un concours Lépine des solutions pour revenir sur des décisions qu’il n’assume pas vraiment.

Cette technique du coup par coup à un mot : l’improvisation.

Stop au racket des automobilistes !