[Communiqué d’un jeune républicain sur le blocage de la faculté Jean-Jaurès à Toulouse

Les Jeunes républicains de Haute-Garonne s’expriment suite au blocage de la faculté UT2 Jean-Jaurès à Toulouse.]

Suite au blocage de l’ensemble de l’université depuis le mardi 6 mars 2018 à 14h, les étudiants sont à ce jour dans l’incapacité d’étudier sainement leurs cours. En effet ce processus est d’actualité jusqu’au mardi 3 avril 2018 soit un mois complet sans service pédagogique. La cause de ce blocage est dû au mécontentement d’un groupe d’étudiants suite aux problématiques de la fusion universitaire et de la sélection universitaire.
De plus, les étudiants se sont fait déloger de force pendant les cours, ce qui est d’une part intolérable et d’autre part antidémocratique. Cette situation créée par une minorité d’étudiants mais aussi et en grande partie par les syndicats étudiants, ne respectent guère les valeurs républicaines de notre pays. Cette situation dure depuis bien trop longtemps et ne peut qu’handicaper les étudiants pour les examens finaux. Ainsi, Madame la Ministre a donc décidé de dissoudre le conseil d’administration et de démettre de ses fonctions Monsieur Lacroix, président de l’université. Monsieur Laganier a donc été nommé administrateur provisoire de l’université Jean Jaurès. Ce dernier se dit être contre une intervention des forces de l’ordres et prône le dialogue social, ce qui est tout à fait révoltant dans la mesure où ces activistes agissent comme des délinquants.

Par ailleurs les récentes violences qui ont eu lieu à l’université de droit de Montpellier nous démontrent que la situation évolue sur le plan national et nous montrent d’autre part que la situation s’aggrave. De plus cette situation conduit à une dégradation massive des locaux de l’université rénovée il y a à peine un an.

Nous soutenons l’initiative du maire de Toulouse Jean-Luc Moudenc et de son équipe municipale qui souhaitent mettre à disposition de l’université Jean Jaurès des salles municipales pour que les activités universitaires reprennent ! Projet qui a été condamné par l’opposition socialiste.

La question que nous pouvons légitimement nous poser au vue de la situation actuelle, est comment l’université va mettre en place un service pédagogique solide pour nous garantir le passage des examens de fin d’année en cohérence avec les cours desservis ?

Nous rappelons que les assemblées générales sont interdites par la loi comme l’indique l’article L.811-1 du code de l’éducation.
De plus le 3ème étage de l’Arche est occupé de manière illégale par un groupe de personnes. Les jeunes républicains soutiennent donc les étudiants désireux de travailler ce qui représente la majorité des étudiants inscrits dans cette faculté.

Les jeunes républicains sont pour la sélection universitaire car c’est une étape majeure dans le bon fonctionnement d’un parcours étudiant.

Alexis COSTA, étudiant en licence d’histoire à l’UTJ2.