« Nous avons perdu une bataille mais nous sommes loin d’avoir perdu la guerre ! Les idées de la droite et du centre sont toujours majoritaires et il n’est pas possible que notre famille ne soit pas représentée. C’est pourquoi ce qui va se jouer dans les circonscriptions aux législatives des 11 et 18 juin prochains est primordial. »

Députée-maire de Morteau (Doubs), Annie Genevard s’est fixée une mission depuis qu’elle a été nommée en janvier dernier Secrétaire générale-adjointe des Républicains : tout faire pour que notre famille politique dispose au soir du second tour des législatives d’une majorité lui permettant de gouverner la France pour lancer les réformes indispensables à son redressement.

« La France ne peut plus se permettre d’avoir de nouveau une aventure calamiteuse telle qu’elle l’a vécue sous le quinquennat de François Hollande », estime Annie Genevard qui animait ce mercredi à Toulouse, en présence de la députée Laurence Arribagé, une nouvelle session de formation dédiée aux candidats les Républicains et à leurs directeurs de campagne et mandataires financiers, après celles organisées à Paris, Lyon, Nantes, Strasbourg, Marseille et Lille.

Annie Genevard, Secrétaire générale-adjointe des Républicains, députée-maire de Morteau (Doubs) et Laurence Arribagé, députée de la 3è circonscription de Haute-Garonne accueillent les candidats et leurs représentants des départements de Haute-Garonne, Tarn-Et-Garonne, Gers, Gard, Aude et Pyrénées-Orientales.

Si l’ « on doit faire barrage au Front National représentée par Marine Le Pen » lors du second tour de l’élection présidentielle, « notre famille politique ne doit pas, ensuite, permettre à Emmanuel Macron de lui donner une majorité à l’Assemblée nationale mais lui substituer une majorité de la droite et du centre, la seule en capacité de gouverner et de réformer la France », insiste Annie Genevard.

« Le programme d’Emmanuel Macron est insipide, un filet d’eau tiède », constate la Secrétaire générale-adjointe des Républicains qui déplore « l’absence de substance » d’Emmanuel Macron.

« Il se renie en permanence », fustige-t-elle visant les nombreuses volte-face du candidat d' »En Marche ». Comme son annonce de vouloir réformer le régime des retraites sans toucher à l’âge de départ en retraite. Ou encore ses déclarations envers les anciens combattants et les harkis disant les respecter et en même temps affirmer que la colonisation est un crime contre l’humanité.

« Ses premiers pas en disent long sur ce que serait sa présidence, lui qui a prononcé au soir du premier tour un discours vide de sens, sans souffle et qui a préféré aller fêter sa qualification dans une brasserie huppée de Paris alors que la situation politique, économique et sociale de la France requiert de la gravité », réagit Annie Genevard.
Au lendemain du Bureau politique, la Secrétaire générale-adjointe des Républicains a annoncé aux candidats présents et à leurs représentants venus des départements de Haute-Garonne, Aude, Gard, Gers, Tarn-et-Garonne et Pyrénées Orientales, que le parti les Républicains allait présenter, sous la houlette d’Éric Woerth, une plateforme programmatique et des propositions fortes pour les élections législatives qui constitueront le socle de notre programme gouvernemental.

« L’objectif est d’obtenir une majorité de la droite et du centre à l’Assemblée nationale pour assumer nos responsabilités au niveau gouvernemental », précise Annie Genevard. « D’où l’importance de livrer bataille contre l’immobilisme de gauche que va perpétuer Emmanuel Macron » insiste-t-elle soulignant la fierté que doivent avoir nos candidats en arborant les couleurs des Républicains. « Ne pas le faire serait une erreur tactique majeure », prévient-elle.

Lors de cette session, Annie Genevard a présenté aux candidats les différentes méthodes et outils pour faire campagne.

Un échange a ensuite eu lieu sur les aspects juridiques et financiers.

Lionel Moisy de Cala, directeur de la communication des Républicains et conseiller municipal d’Allauch (Bouches-du-Rhône) sensibilise les candidats à la bonne utilisation des outils de communication numérique que sont les réseaux sociaux (Facebook, Twitter, Instagram etc.)

Enfin, le troisième volet, animé par Lionel Moisy de Cala, directeur de la communication des Républicains et conseiller municipal d’opposition à Allauch (Bouches-du-Rhône), était consacré aux réseaux sociaux et à la façon d’utiliser ces outils de la communication numérique pour mener une campagne dynamique et efficace.